La Gauloise

Une liqueur de légende

Dégustée pure comme digestif, ou intégrée en cocktail, voire en cuisine par de grands chefs, la célèbre liqueur originaire de Périgueux renaît après une histoire mouvementée.

La Gauloise : un nom qui claque comme une oriflamme au vent des saveurs ! Une liqueur roborative qui ne craint pas de revendiquer haut et fort ses racines. Pour en connaître précisément les origines, il faudrait démêler les fils de la réalité et de la légende, si subtilement entrelacés. Mais le récit autour du fameux spiritueux perdrait du relief s’il était déserté par l’imaginaire. Selon la légende donc, le breuvage est inventé au temps de la Gaule, à laquelle il doit bien évidemment sa gaillarde appellation. Pour en rajouter dans le patriotisme épicurien, certains soutiennent que les colonisateurs romains le préféraient à l’hydromel, pourtant boisson des dieux. Quand on ne peut plus reconquérir un territoire, il est toujours temps d’en conquérir les palais !

Les sources historiques prennent alors le relais pour nous propulser à Périgueux en l’an de grâce 1783, date à laquelle les frères Requier, distillateurs qu’on disait un peu alchimistes, ouvrirent un grimoire qui leur révéla la recette oubliée. La renaissance de la liqueur perdue dans les couloirs du temps s’érige dès lors en étendard de la lignée des Requier. Dès la fin du XIXe siècle, sous l’impulsion de l’inspiré Édouard Requier, les distinctions s’accumulent dans les salons et les expositions universelles. Pays-Bas, Belgique, Autriche, Vietnam, États-Unis, Royaume-Uni, le monde entier succombe aux vertus de La Gauloise.

Retour au patrimoine périgourdin

Dans les années 50, sa production va jusqu’à culminer à 500 000 bouteilles. Mais inéluctablement décline l’épopée de la liqueur. La société est mise en liquidation en 1968, un véritable drame familial. S’ensuit un rachat par un marchand de vin de Brive, puis une nouvelle liquidation en 1989. Guy Nouhaud et son fils Pierre, dirigeants de la vénérable Distillerie du Centre, qui officie à Limoges depuis 1789, décident alors de faire revivre ce fleuron du goût patrimonial. La Gauloise est de fait exilée de son berceau périgourdin. On peut toujours admirer, au 30 rue Chanzy à Périgueux, le bel hôtel particulier, bâti en 1886, qui abritait le siège de l’entreprise.

En 2011, Pierre Nouhaud, maître artisan distillateur et liquoriste, prenant conscience de la renommée internationale de ce produit phare, s’attache à en affiner l’immémoriale recette, pour lui redonner son lustre d’antan. Angélique, millepertuis, safran, cardamome, génépi, s’allient à d’autres ingrédients secrets : la savante alchimie du plaisir est de retour. Pierre Nouhaud tient aussi à renouer avec les racines périgourdines légitimes de La Gauloise. Il réimplante la liqueur en Dordogne au fil de nombreux partenariats avec des événements gourmands. Depuis une dizaine d’années, les variantes jaune et verte de la liqueur mûrissent dans des barriques sélectionnées, qui génèrent des cuvées limitées. Les médailles sont de retour : la qualité est le meilleur atout pour perpétuer la légende.

Publireportage par Hervé Brunaux

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.


Les Vins de Bergerac & Duras

expriment leur singularité à travers une palette de 5 couleurs et 17 vins d’Appellation d’Origine Protégée (AOP) Avec plus de 2 000 ans d’histoire et des AOP qui ont fêté leurs 80 ans d’excellence, le vignoble de Bergerac & Duras se distingue par sa diversité et ses...

Les coups de cœur des chefs

Pour ce premier opus du magazine « Gastronomie du Périgord », trois sommeliers et chefs ont voulu jouer le jeu et nous dévoilent leurs coups de coeur en matière de vins. Des breuvages qu’ils ont dans leurs caves. Les spécialistes nous donnent également les accors...

Les Disciples Escoffier, La Crème de la Crème…

©Photo Délégation Grand Sud-Ouest Disciples Escoffier Zone France«... je fais le serment de transmettre, de servir, et d’honorer la Cuisine, sa culture et son évolution permanente »... engagement solennel auquel se plient tous les disciples d'Auguste Escoffier lors de...

Clovis Reymond

Ancestrales saveurs Dans la distillerie Clovis Reymond, paradis des spiritueux, l’innovation se nourrit d’une très ancienne tradition familiale. Comme un décor immuable, de ceux qui font le charme et la vie de nos villages du Périgord, la boutique de la distillerie...

Erika

Un gin au goût de miel Depuis cinq ans, les effluves d’un gin pas comme les autres flottent au-dessus de Bergerac. Non seulement la distillerie Erika produit un alcool de la meilleure qualité, mais en plus, elle se donne pour mission de sauver les abeilles. Un...